Asshole Feminist

Today, I proved to the world that I’m an asshole.

Well, that’s what Twitter thinks of me.

I think.

So, I was driving to New York from Canada (for the 60th time this year) when I saw this tweet pops up on my feed (No, I never tweet while driving, and I always safely stop my car before engaging with my phone):

Untitled

This appeared on my feed because my favorite playwright in the entire world, Sheila Callaghan, re-tweeted it. I did not know who Roxane Gay was, her background, her work, anything about her at all.

But I know a few things about Sheila Callaghan, her writing and values on several subjects, from being a close student, and admirer, of her work.  Those who know her work well, know she has a reputation for writing strong and complex feminist content, together with deep issues of bias, gender identity, and honest intellectual discussions about neo / new / third-wave / sex-positive / insert-latest-label feminism, and the place of men within it all (if any).

And given that I am a feminist, her work is especially appealing to me.

When I saw that post, my first reaction was to think Ms. Callaghan was re-tweeting it in a tongue-in-cheek kinda way, the way both genders sometimes have been known to engage in bashing-the-other-gender-for-poking-fun, after that person I did not know (Roxane gay) had tweeted it as a semi-political, tongue-in-cheek, semi-blanket statement about all men in general.

Not once did it occur to me that she was publicly sharing on Twitter, with the entire world, that she was somehow in some sort of personal, emotional pain, and/or expressing her immediate feelings about a specific man, in her own personal life.

Also, my first language is French.  Which contributed to my definitely thinking that those three words really were meant to be some sort of semi-humorous-men-bashing-amongst-women thing.

And so it happened.  In an effort to engage Sheila Callaghan into a discussion on contemporary feminism and gender issues, I tweeted:

(I was going for the tongue-in-cheek poke myself).
And:

What I had in mind, what I was going for at that moment, was Jean-Paul Sartre’s “L’enfer, c’est les autres” (Huit Clos / No Exit), NOT trying to discount someone’s feelings.

Spoiler alert — When I realized my mistake (quite a bit later, while driving on the highway), I exited, and immediately tweeted to Roxane Gay:

But before I came to the realization that I had misunderstood what had happened, all of Twitter was ganging up on me:

…and dozens of “Likes” and “Re-tweets” of those, and many, many more.

Later, after I apologized, things started to calm down.

But one of the comments stuck with me:

I started to think:

If a man — any man — felt slighted by a woman — any woman — it would be completely unacceptable for him to publicly state that *WOMEN* (plural) are _________________.  This is true even if he verbalized it only to a few people.  Feminism has had some success.  And one of them is that (many) men have completely internalized that, in 2017, those kinds of statements are utterly unacceptable.  Even when a man is slighted.  Especially if he has been slighted by a woman.

This is at the very core of so much misogyny in men. I have known men who hate women specifically because their dads were slighted by their mothers, name-calling her in front of their young, impressionable sons.

If we are to eliminate misogyny, we certainly need to continue to re-affirm how slighted men are never allow to generalize that their unique, singular, personal experience with one woman is somehow indicative of women in general.

But —

At the same time, we continue to accept, and take for granted, that women will sometimes be slighted by men.  And that it will be completely acceptable for them to publicly state something about “men” as though it applied to all of them.

Even a prominent feminist, such as Roxane Gay, will get a  pass on this one.

I guess saying that, makes me an asshole of a feminist.

The tangerine and the generals

So, both Generals Mattis and McMaster insisted for Article 5 to be mentioned as part of Drumpf’s NATO speech.

But Drumpf decided he would not listen, and took it OFF the speech himself.

On such a fundamental middle finger to the very heart of our military alliances, what’s a General to do?

  • Resign (and leave Drumpf all alone with the nuclear codes)?
  • Stay on (to protect the nation against Drumpf)?

The stench of [rotten] tangerine must be horrendous right about now.

Untitled-1

From Bacteria to The Matrix

We’ve have all seen the DNA Testing commercials.

They are REALLY enticing:

23andMe.com

Introducing AncestryDNA

 

We have also seen the WONDERFUL meet-up stories of long lost, distant relatives:

76-Year Old adopted Woman Finds Birth Family

Long lost relatives: Your DNA Journey

 

Yes!  Thanks to new DNA technology, anyone can now search for its “origins”.

Of course, any first-year anthropology student could have given you all those details:

 

  • Any change in DNA after that is strictly life becoming more complex – and more differentiated. You all come from a bacteria.

 

Excited yet?

Billions of your long-lost relatives live in your gut, right now !

Too complicated?  Too abstract?  You only want to compare human, Homo Sapiens DNA?

Well,

  • Modern humans / Homo Sapiens left Africa about 75,000 years ago, and then spread all over the planet from there – Homo sapiens migrations
  • Any change in DNA after that is strictly from humans adapting to different climates or food – and CULTURES becoming more differentiated. You all come from Africa.

 

Excited yet?

Seven (7) billions of your long-lost relatives live around you, right now !

Too complicated?  Too abstract?  You only want to compare HISTORICAL humans DNA?

As in, you still believe in the Bible? That life only sprung forth approximately 6,000 years ago from the word of God?

Well,

  • There hasn’t been much DNA change in those last 6,000 years. All humans basically share 99.9% of their DNA.
  • And if you insist that the 0.1% difference is still significant, and that it somehow makes YOU special, you are a racist. (NO, I am not calling YOU a “racist.” I’m saying that, by participating in this process, you are highlighting what is DIFFERENT about people, rather than our SHARED, COMMON HUMANITY. And THAT creates the seed of racism.)

 

In truth, it really doesn’t matter where in the world your CLOSE ANCESTORS have lived in the last 6,000 years.  And if you pay for one of those DNA tests, you participate in maintaining an artificial differentiation among humans.

Now perhaps you still feel that there is a CULTURAL difference WORTHY of exploring through those DNA tests?  That somehow, knowing that one of your ancestors was French, Scottish or Congolese is fascinating?

Fine. You certainly have the right to be entertained.

But more importantly –

Do you realize that you are about to hand out YOUR DNA INFORMATION to a PRIVATE CORPORATION?

  • While Congress passes a law REMOVING ALL BARRIERS TO CORPORATIONS SHARING YOUR BROWSING HISTORY ONLINE ?
  • While Congress passes a law MANDATING THAT YOU HAND OUT YOUR DNA INFORMATION TO YOUR EMPLOYER?

Really dude?

Oh!  You think that privacy fine-print in the little box protects you?

You think Congress won’t pass a law granting HEALTHCARE INSURANCE COMPANIES the right to BUY that DNA INFORMATION DATABASE  in 20 years?

Well,

I have a bridge to sell you.

Also, here’s another cute little video:

Director and politician AAron Russo talks about the Rockefeller he knew

But then again, maybe I’m just too conspiratorial.

Anyway.

Good luck with your DNA test.

And Godspeed.

I hope you find long-lost relatives.

 

Test tubes laboratory DNA helix model

Le théâtre se meurt

Il me semble qu’un grand nombre de ces textes versent dans le « théâtre pour le théâtre » et se résument à des exercices de style, (…) que la forme l’emporte sur le fond.  J’ai l’impression que la nouvelle génération d’auteurs est souvent motivée plutôt par le désir de s’exprimer que par celui de changer le monde ou de changer la vie ou les idées ne serait-ce que d’un seul spectateur.

Linda Gaboriau, 2005[i]


 

230,000 billets en moins.[ii]

En 2014, au Québec, il s’est vendu 230,000 billets de théâtre de moins qu’en 2004.

Au cours de ces 10 ans, la perte s’est faite tout en douceur, presqu’imperceptible d’année en année, à mesure que les québécois se détournaient pour se coller plutôt l’œil à Youtube, à Facebook ou à Netflix, exprimant ainsi clairement leur préférence pour une dramaturgie émotive d’un réalisme traditionnel, telle qu’elle est présentée quotidiennement à l’écran – de télé ou d’ordinateur.

[Spectacle vivant?  Non merci, trop intellectuel, pas assez vrai, pas assez d’émotion.]

Oh, le théâtre a bien survécu.  On n’a eu qu’à remonter le prix des billets de $20 à $27 en moyenne.  Facile.

[Merci capitalisme.]

Mais même avec cet ajustement, la dure réalité demeure :

  • Des taux d’occupation qui frôlent à peine les 70%
  • La place du théâtre réduite à 12% des spectacles vus

[Mais.  Attendez!  Le théâtre, c’est la parole de la communauté !!!]

Ouain ben, il serait temps qu’on cesse de dire (et de croire) qu’on s’exprime au nom de cette communauté.  Car la communauté ne semble plus du tout croire qu’on s’exprime en son nom, s’il faut en croire les chiffres.

[C’est platte l’théâtre.  Pis le monde y parlent bizarre.]

Veut-on vraiment parler au nom de la communauté?  Alors clairement, il faudra changer de discours.  Ou la façon dont on en parle.  Ou la façon dont on fera du théâtre.

Car dans un monde où, pour même penser faire du théâtre, il faut d’abord passer par le filtre des seules écoles reconnues, à se faire enseigner uniquement par ceux qui sont venus avant, et se faire dire que la seule façon de jouer est celle qu’ils auront décidé qu’on puisse jouer; dans un monde où avant de produire un spectacle il faut d’abord fonder une société à but non-lucrative, et apprendre à faire des demandes de subventions; dans un monde où il n’y a pas de salle dans laquelle jouer, autre que celles déjà réservées à l’avance pour les trois prochaines saisons; dans un monde où toute production, même la plus minimale, doit absolument coûter une fortune en production, car on ne peut rien produire qui ne doive pas d’abord respecter les milles-et-unes règles établies.

Car dans ce monde-là, le théâtre se meurt.

Remarquez, la situation n’est pas unique à ici.

C’est la raison pour laquelle je partage le texte du comédien américain Mike Daisy, qui signe un commentaire acerbe et juste du théâtre régional (toutes les grandes villes américaines sauf New York) chez nos voisins du sud.

La traduction est de moi.

Bonne lecture.


Les Espaces Vides

Il y a sept ans, j’ai quitté Seattle pour New York.  Par lâcheté, j’ai abandonné les théâtres de garage et la scène locale artistique, mes amis et mes collègues.

J’avais déjà essayé de vendre mon âme une première fois en travaillant pour une firme « Wal-Mart-techno-merdique. »  Mais je savais que si je restais à Seattle, tout en continuant d’essayer de faire carrière dans le théâtre, mon âme ne survivrait pas.

J’ai donc fuis vers New York, avec ce désir de dépecer et d’arracher du théâtre américain, un semblant de carrière comme artiste indépendant, assez jeune et fou pour penser que cela pourrait véritablement marcher.

Aujourd’hui, ma femme et moi sommes de ces très rares compagnies qui créent et présentent des œuvres originales à travers des salles dans tout le pays.  Nous sommes un tout petit groupe : je suis le monologuiste, et elle, la metteure-en-scène.  Nous survivons parce que nous sommes souples et agiles, que nous brisons toutes les règles, et que lorsqu’une chance inouïe nous tombe dessus, nous sommes prêts à l’accueillir.

Nous retournons à Seattle une fois par année peut-être.  La dernière fois, durant la première semaine de notre séjour, je me suis ramassé à la fête d’une amie, en toute fin de soirée, longtemps après que tout le monde eut quitté, durant ce moment magique où l’endroit est déjà tout ramassé et propre, mais que l’énergie de la soirée continue de planer sur nos têtes.  Nous nous sommes retrouvés dans la cuisine, sous la lampe trop claire, à faire des discussions de quatre-heures-du-matin.  Et comme tous les artistes de théâtre le font, j’ai posé la question habituelle : « Sur quoi travailles-tu en ce moment? »

Le visage de mon amie s’est effondré le temps d’un court instant – c’est une comédienne fantastique, une des meilleurs de la ville [de Seattle], avec une intelligence et une précision qui, pendant des années m’avait coupé le souffle.  Elle s’est ressaisie un moment plus tard, et m’a avoué calmement qu’elle ne travaillait plus sur rien.  Qu’elle allait abandonner.  Elle a un travail « alimentaire » à temps-partiel qui lui permet de prendre des rôles lorsque ceux-ci se présentent, mais là, qu’elle s’apprêtait à accepter – pour la toute première fois de son existence – une permanence à temps complet.  Après 15 ans à travailler partout dans les théâtres de Seattle, elle avait senti le feu la quitter, à cause de cette routine implacable de deux jobs à temps pleins : le jour dans un cubicule beige, le soir sur la scène.

Elle m’a dit que ce qui l’avait achevée, avait été d’être choisie pour une grande production cet automne [régie par les règles de l’union des comédiens], et de voir comment vivaient les autres comédiens [membres de ce syndicat] : il y avait cet homme, dont le travail l’avait inspirée toute sa vie, vivant dans un taudis dilapidé qu’il se disait chanceux de pouvoir se payer; il y avait aussi cette comédienne qui ne pouvait pas se payer un lunch de 10 dollars avec ses collègues, sans d’abord faire quelques additions sur un bout de papier afin de vérifier son budget hebdomadaire.  Et ces histoires-là étaient les succès, les meilleurs comédiens de la région du Pacifique Nord-Ouest, ceux que l’on voit sur scène encore et encore.  Leur récompense aura été limitée à des années complètes à être payé aussi près de rien qu’il ne soit possible de le faire, tout au long d’une carrière sans aucune sécurité d’emploi, jouant devant des publics majoritairement bien nantis dont les ajustements de déclaration d’impôt, arrondi à la dizaine-près, surpassent les sommes hebdomadaires dérisoires ruisselant jusqu’à eux.

Mon amie m’a regardé d’un regard suppliant.  Elle approche de la quarantaine, au sommet de ses forces, mais les sacrifices de ce théâtre requièrent l’énergie de l’adolescence.  Lorsqu’elle est arrivée à Seattle, elle pouvait manger du riz blanc assaisonné de sauce soya pour diner, tous les jours pendant tout un mois.  « Peut-être que si j’avais de nouveau 23 ans, » dit-elle.  « Peut-être même moins que ça. »  Ses yeux s’abaissèrent vers la table en prononçant ces mots, et je sentie une espèce de mort s’installer dans la pièce.

Les institutions qui forment le cœur théâtral de Seattle – Seattle Rep, Intiman, ACT – sont des théâtres régionaux.  Le mouvement qui leur a donné vie avait tenté d’établir des théâtres partout au pays, afin d’héberger des compagnies d’artistes de théâtre de répertoire, leur offrant la sécurité d’emploi, des cachets honorables et l’assurance santé.  En retour, ces théâtres allaient bénéficier du travail de ces artistes, présents sur place, année après année – la fondation-même d’une communauté en devenir.  Le mouvement des théâtres régionaux se donnait pour mission la création de grandes œuvres, et le désir de voir éclore une tradition théâtrale américaine vibrante.

Ce rêve est maintenant mort.

Oh, les salles de théâtre perdurent.  Mais les compagnies de répertoire que celles-ci représentaient jadis, ont été dissoutes il y a bien longtemps.

Ce dont un théâtre régional a besoin aujourd’hui pour fonctionner, il l’importe, tout simplement : on y expédie les acteurs, les designers et les metteurs en scène depuis New York, puis ont les « collent » ensemble le temps d’un spectacle.  Pour utiliser une analogie sportive, les théâtres sont passés d’une ligue locale, où tous les joueurs se connaissaient, à une équipe différente pour chaque match, faite de joueurs que vous ne reverrez jamais plus, coachée par un étranger, dans un stade où vous ne sentez pas que vous appartenez.

Il n’y a pas eu que des perdants lorsqu’on a évacué les artistes en résidence des théâtres.  Loin de là.  La place des administrateurs a été augmentée à mesure que se complexifiait les infrastructures corporatives grandissantes.  Les départements de dramaturgie [comité de lecture, évaluation de nouvelles pièces] ont pris un essor considérable depuis quelques dizaines d’années, et ce malgré des déclins massifs dans la production de nouvelles œuvres.  Quant aux départements de marketing et de collecte de fonds, ils ont connu une croissance exceptionnelle, remplaçant les artistes qui autrefois faisaient eux-mêmes ce travail, amassant maintenant des millions de dollars d’un public de plus en plus petit, de plus en plus vieux, et de plus en plus riche.  Ce n’est finalement pas un mauvais moment pour se lancer dans une carrière théâtrale— tant qu’on n’a pas envie d’y faire du théâtre.

La raison la plus importante pour laquelle les compagnies d’artistes en résidence ont été écartés, c’est parce que cela était ce qu’il y avait de mieux pour l’institution.

Je dois souvent faire l’effort de me rappeler que le mot « institution » n’est qu’un bien beau mot pour dire « organisme sans but lucratif, » et que l’objectif primaire de tout organisme, c’est de croître.

Et que la meilleure façon de croître un organisme sans but lucratif, c’est 1) de faire des collectes de fonds; 2) d’utiliser ces fonds pour faire du marketing à de plus en plus de donateurs; 3) de construire des bâtiments de plus en plus grands; et 4) de remplir ceux-ci avec de plus en plus d’employés.

Vu de cette façon, tout ceci devient complètement logique.

La pire façon de croître un organisme qui chapeaute un théâtre, c’est de trop dépenser sur les comédiens.  Pourquoi faire ça, quand ceux-ci courent les rues?  Il n’est certainement pas rentable de les conserver en résidence, dans la communauté.  Non.

Mieux vaut les utiliser, puis les jeter ensuite.

Mieux vaut investir dans un autre programme d’éducation aux jeunes.  Ou de faire des collages d’œuvres shakespeariennes jusqu’à ce que cela devienne une pâte mince, sans vie et complètement indigeste, que toute personne raisonnable recracherait—- une pâte qui sera cependant certaine de générer des subventions financières de plus en plus élevées.

C’est drôle.  À chaque fois qu’un théâtre régional produit la pièce Nickel and Dimed, basée sur le livre de Barbara Ehrenreich qui parle de ces américains qui restent pauvres malgré qu’ils travaillent à temps plein, je fantasme sur la possibilité que l’ironie de la situation frappera de plein fouet les employés de l’institution, alors que ceux-ci seront occupés à mettre en scène un vaudeville d’agitation-propagandiste traitant de ce sujet, avec des comédiens pauvres que l’institution elle-même aura été responsable de créer.  Je prie que l’ironie perce le beau manteau chic et fier de leur invulnérabilité, et leurs pleurnicheries vaines et illusoires sur comment la télé, les iPods, [Ronald] Reagan, le NEA [équivalent du Conseil des Arts], les troubles du déficit de l’attention, la préférence des jeunes pour faire la fête et un million d’autres choses ont détruit le théâtre américain.

Les chiffres sont déprimants.  Les publics se meurent partout au pays.  Je le sais, parce que tous les soirs où je suis en scène, je regarde dans le vide du noir, et je peux entendre la bombonne d’oxygène qui siffle.  Quand j’avais 25 ans, le Seattle Rep a commencé à offrir des billets bon-marchés à tous ceux de moins de 25 ans.  Quand j’ai eu 30 ans, les billets bon-marchés étaient offerts à tous ceux de moins de 30 ans.  Maintenant que j’ai 35 ans, je vois la même chose se répéter une fois de plus, alors que les institutions théâtrales font le calcul et réalisent que personne de moins de 35 ans ne vient voir leurs spectacles— une ligne claire, tracée et droite, délimitant le jour du soir, avançant inexorablement en âge.

Cette année, un des théâtres où je fais un spectacle prépare un événement promotionnel pour attirer les « jeunes gens » au théâtre.  Leur définition de « jeune? »  Moins de 45 ans.

Les institutions théâtrales pourraient prendre des moyens clairs et immédiats pour changer tout ça.  Par exemple, ils pourraient radicalement réduire le prix de leurs billets.  La majorité des théâtres régionaux comblent moins de la moitié de leurs budget annuel grâce à la vente de billets— ils auraient le pouvoir de réduire le prix de tous leurs billets immédiatement à $15 ou $20 dollars s’ils acceptaient de réduire leurs effectifs d’employés, et de transitioner vers une saison plus serrée.  Ce ne serait pas facile, mais ce serait absolument possible.

Évidemment, il faudrait aussi que le théâtre devienne un item qui soit moins « de luxe » – ce qui fait émerger la peur secrète que les donateurs les plus vieux, les plus riches et les plus blancs cesseront de soutenir le théâtre lorsque les classes inférieures et grossières [et moins initiées] avec moins d’argent et moins de manières, commenceront à y venir.  Ces gens pourraient même demander à voir d’autres types de pièces (!) ce qui serait ennuyeux et gênant.  Le public actuel, même s’il est réduit, et qu’il va toujours en diminuant, a au moins cet avantage qu’il ne demande pratiquement rien— il est presque comateux, ce qui le rend docile et facile à gérer.

Non.  Il est préférable de re-monter encore une fois une pièce d’August Wilson, et de prétendre que celle-ci parle des questions de race, telles qu’elles sévissent encore aujourd’hui.  Préférable de monter ce qui se faisait Off-Broadway il y a 18 mois, et de prétendre que cela est important pour cette communauté-ci, à ce moment-ci.  Préférable de parler de changement, d’espérer du changement, mais lorsque le temps vient, de s’assoir sur ses deux mains, et de mettre plutôt l’emphase sur la sécurité de son petit emploi, la joie de son petit chèque de paye régulier, et le soulagement de savoir qu’on s’occupera de soi si l’on devient malade : ces choses que l’on perdrait si l’on cessait de travailler pour cette corporation.

En vérité, les gens qui sont en charge aiment les choses telles qu’elles le sont.  Ce sont eux qui ont bâti ce système après tout.  Oui évidemment ils aimeraient bien que les choses s’améliorent— qui n’aimerait pas ça?  Ce sont tous des sociaux-démocrates invétérés, et ils s’assureront de vous le rappeler lorsqu’ils mettront sur pied une autre pièce de Bertolt Brecht.  Mais ce feu révolutionnaire qui les a attiré vers le théâtre au départ, doit se battre tous les jours contre tellement de merde, que même les meilleurs d’entres-eux arrivent à peine à imaginer une autre voie.  Ils n’ont pas joint le théâtre avec pour objectif de travailler un jour pour une société corporative, mais maintenant ils le font, et plus que tous les autres, ils connaissent l’état déplorable des choses.

J’ai pris des verres avec les directeurs artistiques des plus grands théâtres au pays, et je les ai écoutés m’expliquer qu’ils savent que le système est brisé, et qu’ils se sentent prisonniers au sein de celui-ci, redevables à des membres de conseils d’administration avec lesquels ils ont fait des pactes diaboliques, attachés au navire alors que celui-ci est en train de couler.  Je les ai entendu rire, je les ai entendu se traiter mutuellement de dinosaures, je les ai entendu remercier le ciel qu’ils auront prit leur retraite dans 10 ans.

Les sociétés corporatives font du théâtre de merde.  Pourquoi?  Parce que le théâtre – la partie ineffable de l’expérience théâtrale qui n’émerge qu’à travers des poussées rares et aléatoires – n’est pas une marchandise.  Et les sociétés corporatives sont incapables de comprendre ce qui ne peut pas être marchandisé.  Les sociétés corporatives ne comprennent pas le théâtre.  Seuls les gens, des personnes humaines réelles, comprennent le théâtre.  Le public, les techniciens, les comédiens, les auteurs, les costumiers, décorateurs— tous ces gens donnent leur temps et énergie à cette chose pour une raison, et ce rêve n’est pas quantifiable sur un tableur Excel.

Alors que je conduisais pour retourner à la maison ce soir-là, revenant de chez mon amie, j’ai senti que le chagrin m’envahissait.  Il y aura ceux qui liront cet article et qui la blâmeront elle, qui diront qu’elle aurait dû se sacrifier encore plus, que cette histoire est une histoire de faiblesse.  Moi je la soutiens dans sa décision.  Je sais dans mon cœur qu’elle a complètement considéré toutes les options, de la même façon que tant d’autres artistes ont fait de même avant elle.  Une partie importante du meilleur théâtre que j’ai eu le plaisir de voir au cours de ma vie, a été dans des garages de Seattle, manqué et oublié par plusieurs.  Mais moi je me souviens.

Le théâtre a laissé tomber mon amie, de la même façon qu’il nous laisse tous tomber.  Et j’ai le cœur en mille morceaux à la pensée que nous ne saurons jamais la véritable valeur de ce que nous avons perdu.

Mike Daisey est un monologuiste et auteur, un artiste qui réussit à gagner sa vie comme artiste.


 

Philippe « Keb » Blanchard est un artiste de théâtre québécois vivant à New York depuis 20 ans.  Cette année, il termine une maîtrise à l’École Supérieure de Théâtre de l’Université du Québec à Montréal.

 


[i] Gaboriau, Linda (2008).  Pour qui écrit-on?  Dans Jeu : revue de théâtre, no. 126, (1) pp. 86-88.

[ii] Institut de la Statistique du Québec (2016).  Fréquentation des spectacles [Site web].  Récupéré de http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/culture/arts-scene/frequentation-spectacles/index.html

 

theater-magnum-500

Lettre ouverte aux souverainistes qui s’apprêtent à voter pour le Bloc

Chers amis souverainistes.  Aux élections fédérales, ne votez pas pour le Bloc.

Ce n’est pas parce que c’est une élection fédérale qu’il ne faut pas la prendre au sérieux.  Il faut choisir un parti qui redonnera au Canada ses lettres de noblesse à l’étranger, plutôt que cette image de lap dog des républicains américains que les conservateurs ont modelée, ce à quoi le Canada ressemble depuis qu’Harper est au pouvoir :

Lap dog

Je sais que vous sentez que le Bloc vous ressemble vraiment.  Mais si un arbre tombe dans la forêt, et que personne n’est là pour le voir ni l’entendre, y a t-il vraiment eu un arbre qui soit tombé?

Ne gaspillez pas vos votes sur un Bloc qui, au plus, élira 1 ou 2 députés!!.

Anti-Canadien

À Ottawa, un parti anti-Canada ne pourra pas participer aux discussions sur l’avenir des politiques canadiennes.  Si on vote Bloc, on se condamne soi-même à être relégué uniquement à un rôle d’observateur passif, forcé de faire bande-à-part, alors que les vraies décisions seront prises par d’autres.  Les députés du Bloc ne pourront pas influencer le débat, sauf à travers leurs cris et grincements de dents au bulletin de nouvelles.  Au moins, en élisant un parti fédéraliste, on pourra prendre part aux décisions.

Si vous planifiez voter Bloc, vous pourriez tout aussi bien rester à la maison le 19 octobre, car vos votes seront inutiles.  Prenez votre bulletin de vote et passez-le à la déchiqueteuse, c’est pareil.  Aucune différence.

Si vous êtes souverainiste, vous savez que la souveraineté se fera à Québec, pas à Ottawa.  Le but n’est donc pas d’avoir la perfection à Ottawa; si vous êtes souverainiste, la perfection c’est la souveraineté.  Le but est plutôt de sortir Harper.  Point.

Vous pensez qu’Harper n’est pas si mal?  Qu’il vous protégera contre les très dangeureuses cinquantaine de femmes qui portent le Niqab?  Alors que même Harper ne pourra rien faire parce que la permission de porter un niqab (ou non) est basée sur la Chartre des Droits et Libertés et qu’il faudrait une poursuite jusqu’en Cour Suprême ou un changement à la constitution pour obliger ces femmes à se dévoiler?

Et les chances de changer la constitution canadienne sont de…?

Soyons sérieux.

Les très réputés New York Times et Atlantic Magazine vous explique comment Harper est catastrophique pour le Canada.

N’oubliez-pas qu’après la souveraineté, vous devrez négocier avec ce certain Canada.  Grâce à votre vote, vous participer à l’élaboration de ce à quoi ce Canada-là va ressembler.

  • Vous voulez négocier l’après-souveraineté avec Harper?
  • Ou avec un autre?
  • C’est la même chose vous me dites?
  • Vous êtes écœurés de vous faire bafouer, vous me dites?

Je comprends que vous soyez frustrés.  Mais votre geste émotif demeurerait quand même, totalement irrationnel.  Être écœuré est une raison illogique pour annuler ainsi son bulletin de vote.

Dans ce cas-ci, il faut votez pour un parti fédéraliste.   Je comprends que vous ayez des haut-le-cœur à cette idée.  Mais laissez-moi vous aider à faire passer la pilule.

Fédéralisme

Qu’est-ce que le fédéralisme?  La Suisse est fédérale, comme l’Allemagne ou les États-Unis, de ce fait, tous les territoires où le pouvoir est partagé entre plusieurs paliers de gouvernements différents.  Vous être souverainiste?  Dans votre Québec souverain, est-ce que toutes les décisions seraient prises à Québec uniquement?  Ou est-ce que vous permettriez aux régions un certain degré d’autogestion?  Car cela ferait de vous un fédéraliste.  Le modèle fédéral (en général) n’est pas en jeu; ce qui est en jeu ce sont les lois, les valeurs et les politiques concrètes que nous souhaitons soutenir ou non.

Les enjeux de cette élection sont trop importants pour en faire un enjeu strictement québécois.  Car il est extrêmement naïf de croire que Quand quelque chose provient du Québec, c’est toujours bon.  Il y a des québécois qui veulent aussi exploiter les ressources pétrolières d’Anticosti.  Des québécois « pure laine. »  Est-ce que cela fait d’eux des québécois édulcorés?

Être Québécois

C’est quoi exactement être québécois?  Faut-il être social-démocrate pour être considéré québécois?  Ça voudrait dire que les libéraux ne le sont pas.  Faut-il parler français?  Ça voudrait dire que les allophones et les anglophones ne le sont pas.  Faut-il rejeter les aspirations des amérindiens?  Faut-il magasiner chez Corbeil?  Manger au Ashton?  Aimer uniquement la musique de rigodon?  Empêcher tous les gens d’écouter du Rush?

Un québécois, c’est un résident du Québec, vous me direz.

Donc Trudeau, Mulcair, Mulroney, Couillard et Chrétien sont québécois, n’est-ce pas?

Réalité

Vous pensez que votre action politique se terminera au lendemain d’une souveraineté?  Elle ne ferait que commencer.  Demandez à la France souveraine comment elle arrive à gérer ses enjeux d’immigration, ou la Grèce son économie (sans sa propre monnaie).

Les réalités gauche-droite, et toutes les autres réalités humaines et politiques ne disparaîtraient pas au lendemain d’une souveraineté.  C’est la raison pour laquelle vous avez une responsabilité de choisir un parti qui saura gouverner le type de Canada auquel vous aimeriez être fier d’appartenir, jusqu’à ce que la souveraineté soit conclue.

NPD ou Libéraux?

Utilisez cet outil pour voir le candidat de votre circonscription qui présente les meilleures chances de gagner contre le conservateur.  Si le NPD est le plus solide, votez NPD.  Si c’est le libéral, votez libéral.  De toute façon, dans un gouvernement minoritaire NPD ou Libéral, il y aura la création d’une coalition centre-gauche.  Donc votez pour un ou l’autre, ça n’a pas d’importance.  Ce qui est important c’est la fin des conservateurs.  Rien d’autre.

Autres Textes

Je vous laisse sur ces autres textes qui vous aideront à réfléchir à ces questions, ainsi que quelques citations-clés :

  • le Bloc a créé un faux sentiment de sécurité (…)
  • le rôle du Bloc a été de rendre la domination du Canada anglais sur le Québec plus douce, plus acceptable, plus sympathique (…)
  • On n’a jamais autant parlé de souveraineté depuis que le « lobby québécois » n’est plus représenté à Ottawa. Notre condition de peuple minoritaire est redevenue visible pour tous ceux qui l’avaient oubliée (…)

Bush and Harper

PS — Merci au souverainiste Frederico Boris Iuliani pour m’avoir permis d’étoffer mon argumentaire 🙂

Bock et la Commission des Droits des Anti-intellectuels

Il y avait bien longtemps que je n’avais pas pris la plume.  J’étais très occupé (je le suis encore).  Mais ce matin, je ne pouvais m’en empêcher.  Et qui d’autre que mon bon ami Bock – se revêtant des pires arguments de la droite américaine – pour me forcer à interrompre mon été?

En 2013 déjà, en réponse à un autre de ses articles, j’avais écris « Combien de sophismes a-t-on le droit d’écrire avant qu’on nous retire notre Doctorat de Sociologie? »  (Mathieu Bock-Côté : Le Sophisme et la Honte)

Soit, Bock avait un peu changé de ton depuis la défaite humiliante des pro-chartes (merci mon Dieu) et à quelques reprises, je m’étais même surpris à être assez d’accord avec lui sur plusieurs sujets divers.  Je me suis alors demandé si je n’y avais pas été un peu trop fort avec lui; peut-être méritait-il son Ph. D. après tout.

Mais non.

À chaque fois que Bock retourne aux zones subconscientes de son identité – façonnée presque’ exclusivement à travers son appartenance au groupe « Québécois blanc franco » – il s’égare de nouveau dans les pires méandres anti-intellectuels.  Son article dans le Journal de Montréal de ce matin est particulièrement mauvais et répugnant :

Abolir la Commission des droits

Analyse :

« dans les faits, [la CDPDJ] est occupée à faire la promotion d’une sociologie victimaire qui présente la société occidentale en général, et la société québécoise en particulier, comme une machine à exclure les minorités (…) En gros, le majoritaire est coupable, et le minoritaire est victime. Il faudrait retirer les privilèges du premier et faire respecter les droits bafoués du second. »

  • La société québécoise n’est pas la seule à faire face à cette situation. Les États-Unis, la France, l’Angleterre, l’Italie, l’Espagne – presque toutes les sociétés occidentales font face à des problèmes aigus d’accueil et d’intégration de leurs immigrants.  Mais cela n’est pas particulièrement un problème des sociétés occidentales.  Le même phénomène se produit en République Dominicaine avec les Haïtiens, en Chine avec les Ouïghours, en Russie avec les Tchétchènes, ou en Turquie avec les Arméniens, les Kurdes ou avec tous les Syriens qui tentent de sauver leur peau.  C’est ainsi que lorsque Bock écrit « la société québécoise en particulier » on comprend comment c’est lui qui se place en victime.  Tu n’es pas spécial, Bock.  Le froid et l’isolement a permis au Québec de rester refermé sur soi-même pendant longtemps, mais le village global nous oblige à regarder tout ce qui se fait, partout.  Un lion tué au Zimbabwe, et le dentiste américain doit s’expliquer.  Bienvenue au 21ième Siècle.
  • Avoir un doctorat en sociologie et ne pas avoir appris que – d’emblée – toute situation de majorité-minorité provoque toujours des situations d’injustice??? Cela est inexcusable de la part d’un soi-disant intellectuel public.
  • Bock laisse sous-entendre que, pour permettre les droits des uns, il faut aussi retirer des droits aux autres, un autre sophisme dans sa collection grandissante.

« cette pseudo-lutte aux discriminations »
« reconnaître des injustices structurelles là où il n’y a souvent que des disparités s’expliquant de manière bien plus complexe »
« une conception falsifiée de la justice sociale »

  • Méthode connue de propagande, prétendre qu’un problème n’existe pas, avant de faire l’argumentaire de la position contraire.

« Les préférences des uns et des autres ne comptent plus vraiment (…)  L’individu aves ses talents, ses désirs et ses aspirations, est grossièrement nié, comme si son existence ne comptait pour rien.  Il ne s’agit plus d’embaucher la meilleure personne possible pour un poste indépendamment du sexe ou de l’origine ethnique. »

  • Les « préférences» de qui, Bock?  De toi?  De la majorité?  Et tu dis ça comme ça, en passant, à mi-mot, pensant que personne ne va se rendre compte de ce que tu fais?
  • En quoi est-ce que faire de la place aux femmes ou aux membres des communautés ethniques déjà présentes au Québec éliminerait-il la nécessité d’engager le ou la meilleur(e)? Encore une manipulation émotive, censée nous faire penser que seuls les membres de la majorité seront les plus qualifiés pour un emploi?  Fais-tu exprès de dévoiler ainsi tes préjugés?

« on ne les veut pas pour eux-mêmes, on les veut pour équilibrer les comptes de la diversité »

  • Encore une autre petite phrase propagandiste qui laisse sous-entendre que ces gens seront nécessairement sans qualité autre que membres de leur communauté d’origine. Attention Bock.  Ça frôle dangereusement la propagande haineuse, ce que tu as déjà fait dans le passé.

« En fait, on pratiquera même une forme de racisme à rebours: quand un poste est officiellement réservé à une personne issue des «minorités», on doit comprendre que le «Québécois blanc francophone» en est exclu formellement. À cause de son sexe ou de son origine ethnique, il ne peut même pas y appliquer. En quoi cette discrimination raciale assumée est-elle moralement acceptable? »

  • Encore la même méthode de propagande utilisée par la droite républicaine américaine : faire PEUR à la majorité (les québécois franco-blanc) en leur disant qu’on est sur le point de discriminer contre eux!!!! – se faisant, manipulant la réalité en la RENVERSANT à 180 degrés : les québécois blancs-franco continueront à être assignés la vaste majorité de ces emplois, puisque ce sont eux qui sont la majorité!
  • Pour les emplois de type policier – surtout – il est primordial que ceux qui y travaillent puissent représenter les communautés qu’on leur demandera de protéger. Il en est d’une question de légitimité; ces communautés doivent savoir qu’ils sont traités sur le même pied d’égalité que tous les autres citoyens.  L’histoire des états possédant des communautés diverses est là pour nous rappeler comment, sans cela, les policiers agiront avec discrimination – cela est une réalité de la nature humaine.  Pas un jugement de valeur.  Une réalitéÊtre un soi-disant sociologue et ne pas savoir ça est une honte.

À quand les pétitions pour retirer aux gens les diplômes qu’ils ne méritent pas?

“Je suis un Docteur de la pensée”